bienfait

bienfait [ bjɛ̃fɛ ] n. m.
• 1138; p. p. de l'a. fr. bienfaire
1Vx ou littér. Acte de générosité, bien que l'on fait à qqn. aumône, cadeau, charité, 1. don, faveur, générosité, grâce, largesse, libéralité, obole, 2. présent, service (cf. Bons offices). Accabler, combler de bienfaits. PROV. Un bienfait n'est jamais perdu : on est toujours récompensé du bien fait à qqn. « Ô ma fille, est-ce là le prix de mes bienfaits ? » (P. Corneille).
2 Mod. (Choses) Action bienfaisante (2o), effet salutaire. bénéfice, profit, service. « L'existence qui m'a été donnée sans que je l'eusse demandée a été pour moi un bienfait » (Renan). Le plus souvent au plur. Les bienfaits de la civilisation, de la science. avantage. « unir aux bienfaits de la vie les avantages de la mort » (Valéry).
⊗ CONTR. Méfait, préjudice.

bienfait nom masculin (latin benefactum) Acte de bonté à l'égard de quelqu'un pour sa sauvegarde ou son bonheur : Être reconnaissant d'un bienfait. Conséquence salutaire de quelque chose : Les bienfaits de la civilisation.bienfait (citations) nom masculin (latin benefactum) Claude Aveline Paris 1901-Paris 1992 Nous serions insensibles à l'ingratitude si nous ne tenions pas le compte de nos bienfaits. Avec toi-même, etc. Mercure de France Ivan Vladimirovitch Mitchourine Verchina, gouvernement de Riazan, 1855-Koslov, aujourd'hui Mitchourinsk, 1935 Nous ne pouvons attendre de bienfaits de la nature ; notre devoir est de les lui arracher. Résultats de soixante ans de travaux pour la création de nouvelles espèces de plantes à fruitsbienfait (synonymes) nom masculin (latin benefactum) Acte de bonté à l'égard de quelqu'un pour sa sauvegarde...
Synonymes :
- charité
- générosité
- présent
Contraires :
- préjudice
Conséquence salutaire de quelque chose
Synonymes :
- utilité
Contraires :
- méfait

bienfait
n. m.
d1./d Bien que l'on fait à quelqu'un.
(Prov.) Un bienfait n'est jamais perdu.
d2./d Avantage, utilité. Les bienfaits de la science.
d3./d Résultat bienfaisant. Vous constaterez les bienfaits de ce médicament.

⇒BIENFAIT, subst. masc.
A.— Domaine éthique. [Le compl. désigne une pers., Dieu, une entité morale, etc.] Acte de bien, don ou service qui doit améliorer les conditions de vie d'autrui :
1. Saisissez donc, Messieurs, avec empressement cette occasion facile que nous vous présentons, d'accorder au peuple un grand bienfait. Tant d'obstacles s'opposent souvent à votre zele pour le bonheur de l'humanité! Profitez de ce moyen de le satisfaire, au moins en partie. Hélas! dans ce moment même que les puissants ennemis du bien public s'efforcent d'aggraver la misere de nos concitoyens, par d'injustes allarmes, par des soupçons sinistres et par mille intrigues odieuses; grâce à leurs funestes soins ce peuple souffrant ignore jusqu'aux loix bienfaisantes par lesquelles vous avez préparé le bonheur de la nation entière.
ROBESPIERRE, Discours, Pour la restitution des biens communaux, t. 6, 1790, p. 225.
2. D'ailleurs qu'ils disent ce qu'ils veulent ce Renan et ce Sainte-Beuve. Dans leurs parties excellentes, ils attestent la puissance et les bienfaits du catholicisme. Et pourquoi les aimons-nous? Seulement pour avoir fait sortir des maisons chrétiennes, de Port-Royal et de Saint-Sulpice, des trésors de piété et de dignité, des sentiments qui éveillent notre vénération et que sans ces deux écrivains, nous autres laïques, nous aurions mal connus.
BARRÈS, Mes cahiers, t. 10, 1913, p. 139.
PARAD. a) (Quasi-)synon. aumône, bons offices, cadeau, charité, faveur, générosité, grâce, largesse, libéralité, présent, secours. b) (Quasi-)anton. dommage, injure, méfait, offense, préjudice, tort.
♦ Proverbes. Un bienfait n'est jamais perdu. (Attesté dans la plupart des dict. gén. des XIXe et XXe s.). Les injures s'écrivent sur l'airain et les bienfaits sur le sable. (Attesté dans la plupart des dict. gén. d'Ac. 1798 à Lar. 20e).
B.— Domaine de l'activité gén. [Le compl. désigne gén. une entité abstr.] Apport positif, effet favorable. (Quasi-)synon. avantage, bénéfice, profit. Le(s) bienfait(s) de la civilisation, (cf. COURTELINE, L'Article 330, 1900, p. 287); l'immense bienfait du savoir (BERNANOS, Monsieur Ouine, 1943, p. 1494).
PRONONC. :[]. Enq. :/, (D)/.
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. Début XIIe s. « bien que l'on fait à qqn, faveur, avantage » (Psautier d'Oxford, éd. Fr. Michel, LXXVII, 14); 2. 1752 « action bienfaisante d'une chose » (Trév. Suppl.); 1835 (Ac. : Les bienfaits de la science, d'une institution).
Part. passé substantivé de bienfaire, sur le modèle du lat. benefactum (PLAUTE, Trin., 2, 2, 41 dans FORC.).
STAT. — Fréq. abs. littér. :1 444. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 4 101, b) 1 452; XXe s. : a) 1 342, b) 1 055.
BBG. — DUCH. 1967, § 8. — GALL. 1955, p. 378.

bienfait [bjɛ̃fɛ] n. m.
ÉTYM. 1120, Psautier d'Oxford; p. p. subst. de l'anc. franç. bienfaire (→ Bien-faire), d'après le lat. benefactum.
1 (Dans le domaine moral). Acte de générosité, bien fait à quelqu'un. Aumône, cadeau, charité, don, faveur, générosité, grâce, largesse, libéralité, obole, office (bon), plaisir, présent, service. || Accabler, combler qqn de bienfaits. || Accorder, dispenser, prodiguer, répandre ses bienfaits (à qqn). || Recevoir, accepter, refuser, méconnaître, mépriser un bienfait. || Éprouver de la gratitude, de la reconnaissance pour un bienfait. || Être mal payé de ses bienfaits. || La récompense, le prix des bienfaits.
Spécialt (vx). Donation d'argent.REM. Sans être archaïque dans son emploi général, le mot est devenu rare et quelque peu désuet; il était beaucoup plus courant dans la langue classique.
1 Le bienfait vient d'un bienfaiteur, d'un supérieur, d'en haut (…) En cela, le bienfait se trouve avec le service dans une grande opposition; car service se dit (…) principalement de l'inférieur au supérieur (…) On dit les bienfaits du ciel, les services du ciel serait d'une impropriété choquante, d'autre part on peut recevoir des services, mais non pas des bienfaits d'un plus petit que soi. Au service est due une récompense; c'est de la reconnaissance ou de la gratitude que demande le bienfait.
Lafaye, Dict. des synonymes, Service…
2 On ôte du mérite au bienfait qu'on retarde (…)
Rotrou, Bélisaire, II, 10.
3 Ô ma fille, est-ce là le prix de mes bienfaits ?
Corneille, Cinna, V, 2.
4 Les hommes ne sont pas seulement sujets à perdre le souvenir des bienfaits et des injures : ils haïssent même ceux qui les ont obligés, et cessent de haïr ceux qui leur ont fait des outrages (…)
La Rochefoucauld, Maximes, 14.
5 Voilà le train du monde et de ses sectateurs :
On s'y sert du bienfait contre les bienfaiteurs.
La Fontaine, Fables, XII, 16.
6 Un bienfait reproché tint toujours lieu d'offense (…)
Racine, Iphigénie, IV, 6.
7 On sent qu'à leur place (des grands) on serait trop heureux de répandre la joie et l'allégresse dans les cœurs en y répandant des bienfaits (…)
Massillon, De l'humanité des Grands.
8 Un bienfait purement gratuit est certainement une œuvre que j'aime à faire.
Rousseau, Rêveries, 6e promenade.
9 Jamais un vrai bienfait ne fit d'ingrat.
Rousseau, Émile, IV.
10 Recevoir les bienfaits de quelqu'un est une manière plus sûre de se l'attacher, que de l'obliger lui-même. Souvent la vue d'un bienfaiteur importune; celle d'un homme à qui l'on a fait du bien est toujours agréable : on aime en lui son ouvrage.
Joseph Joubert, Pensées, V, 77.
Par ext. (Dans le domaine religieux). || Les bienfaits de Dieu, de la providence, du ciel, de la vie.
11 Le ciel, de ses bienfaits, t'enrichit sans mesure.
Voltaire, le Triumvirat, IV, 4.
12 L'amitié d'un grand homme est un bienfait des dieux.
Voltaire, Œdipe, I, 1.
2 (1752). || Les bienfaits de qqch., action heureuse, bon résultat. || Les bienfaits de la science, de l'art, de la civilisation, de la charité, de l'amitié. Avantage, bénéfice, profit, utilité. || Jouir des bienfaits de la solitude. Joie, plaisir. || Les bienfaits d'une cure, d'un traitement médical.
13 L'existence qui m'a été donnée sans que je l'eusse demandée a été pour moi un bienfait.
Renan, Souvenirs d'enfance…, V.
14 (…) il lui demandait (à la nature) seulement le bienfait du calme, de la sérénité, cette belle joie un peu ruminante, à la fois matérielle et morale, que les tempéraments sains et robustes, les êtres d'action, connaissent peut-être mieux que les autres.
R. Rolland, Musiciens d'autrefois, p. 177.
15 Le monde, qui baptise du nom de progrès sa tendance à une précision fatale, cherche à unir aux bienfaits de la vie les avantages de la mort.
Valéry, Variété, I, La crise de l'esprit, p. 22.
Prov. Rien ne vieillit plus vite qu'un bienfait.Un bienfait n'est jamais perdu.
16 Ce bienfait ne fut pas perdu.
La Fontaine, Fables, II, 12.
3 Cuis. (rare). Pain de crème glacée. || Le bienfait est moins complètement glacé que le parfait.
DÉR. Bienfaiteur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bienfait — Administration Pays  Canada Province …   Wikipédia en Français

  • bienfait — BIENFAIT. s. m. Le bien qu on fait à quelqu un, grâce, faveur, plaisir, bon office. Je n oublierai jamais un si grand bienfait. C est un bienfait signalé. Combler de bienfaits. Accabler quelqu un de bienfaits. Il en a reçu mille bienfaits. Il ne… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • bienfait — Bienfait. s. m. v. Grace, faveur, plaisir, bon office. Je n oublieray jamais un si grand bienfait. c est un bien fait signalé. combler, accabler, quelqu un de biensfaits. il en a receu mille bienfaits. il ne faut pas reprocher les bienfaits.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Bienfait — Assez répandu dans le Pas de Calais et dans l Aisne, ce nom semble s opposer à Malfait, et désigne celui qui a un physique agréable …   Noms de famille

  • bienfait — Bienfait, Bonum, Benefactum, Beneficium. Bien et plaisir qu on fait à aucun qui ne l a pas merité, et deservy, Gratia …   Thresor de la langue françoyse

  • bienfait — bienfait, volence see bene …   Useful english dictionary

  • bienfait — (biin fè ; le t se lie : un bienfait espéré, dites : un biin fè t espéré ; au pluriel, l s selie : les bienfaits espérés, dites : les biin fè z espérés ; bienfaits rime avec bleuets, jamais …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • BIENFAIT — s. m. Bien qu on fait à quelqu un ; service, bon office que l on rend ; grâce, faveur que l on accorde. Je n oublierai jamais un si grand bienfait. C est un bienfait signalé. Combler, accabler quelqu un de bienfaits. Prodiguer, répandre des… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • BIENFAIT — n. m. Bien qu’on fait à quelqu’un, service, bon office que l’on rend, grâce, faveur que l’on accorde. Je n’oublierai jamais un si grand bienfait. C’est un bienfait signalé. Combler, accabler quelqu’un de bienfaits. Prodiguer, répandre des… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • bienfait — nm., bonne action, bon geste : byinfé (Chambéry), binfé (Villards Thônes), byêfé (Albanais) …   Dictionnaire Français-Savoyard

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.